investir dans l'immobilier sans apport

Comment investir dans l’immobilier sans apport ?

Vous souhaitez investir dans l’immobilier sans apport ? Pour y arriver, découvrez nos conseils dans ces lignes qui suivent.

1. Acheter un logement ancien pour le mettre en location

analyse de situation patrimoniale

En parallèle : Guide pour l'achat d'une villa à l'île Maurice

Pour maximiser vos chances d’octroi d’un prêt immobilier, il est important de rassurer votre banquier sur votre capacité de remboursement. Pour ce faire, vous devez présenter une hypothèse de loyers perçus réaliste, une liste des frais annexes ainsi que le calcul de l’effort d’épargne mensuel.

Votre banque va analyser votre situation patrimoniale avant de vous accorder un prêt. Elle va vérifier si vous possédez ou non un reste à vivre suffisant. Ici, votre capacité d’endettement ne doit pas excéder 30 % de vos revenus. Sachez qu’il n’est pas nécessaire de devenir propriétaire de votre résidence principale pour bénéficier d’un financement de 110 % pour réaliser votre projet. Effectivement, un simple locataire peut l’obtenir s’il remplit l’ensemble des critères.

A lire aussi : Comment financer son investissement immobilier ?

2. Miser sur le dispositif PINEL

investissement locatif PINEL

Pour obtenir un prêt immobilier sans apport, la solution est d’opter pour un investissement locatif PINEL. Le dispositif PINEL offre de nombreux avantages, mais à condition que le bailleur soit prêt à s’engager sur le long terme (6 à 12 ans). Ici, il est indispensable d’avoir une bonne stabilité financière. À noter que la loi Pinel exige un plafonnement du loyer à appliquer. Assurez-vous toutefois que les loyers sont suffisants pour procéder au remboursement de votre emprunt.

3. Acquérir un bien immobilier déjà loué

Renovation d'un bien immobilier

Si vous optez pour un logement déjà loué, vous allez donner davantage de valeur à votre dossier de crédit. En effet, le montant réel des loyers est déjà connu à l’avance. Pour déterminer si vous êtes solvable ou non, la banque ne va considérer que 70 % du montant des loyers. Pour les 30 % qui correspondent aux charges comme les travaux, les charges de copropriété, etc., ils sont généralement déduits.